Vingt-troisième Dimanche du Temps Ordinaire (Année C)

Évangile

Lc 14:25-33

En ce temps-là:

25 Or de grandes foules marchaient avec Jésus; et se tournant vers elles, il leur dit: 25 Ibant autem turbae multae cum eo [Iesu]: et conversus dixit ad illos:

Ver. 25. Ibant… turbae… Jésus poursuit sa route (cf. XIII, 22), et une foule considérable l’accompagne en ce moment, pleine d’enthousiasme, mais animée à son égard de sentiments trop humaine. C’est pourquoi il va mettre en relief dans son instruction les sacrifices qu’il exige de ses vrais et intimes partisans.

26 Si quelqu’un vient à moi, et ne hait pas son père, et sa mère, et sa femme, et ses enfants, et ses frères, et ses soeurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple. 26 Si quis venit ad me, et non odit patrem suum, et matrem, et uxorem, et filios, et fratres, et sorores, adhuc autem et animam suam, non potest meus esse discipulus.

Ver. 26. Venit ad me: avec l’intention d’être un disciple permanent.
Et non odit. L’expression est plus forte qu’au passage parallèle, où il est seulement parlé d’aimer moins. Hyperbole destinée à mieux faire ressortir in nécessité du renoncement chrétien. Un disciple du Christ devrait haïr même ses proches, s’ils l’empêchaient de suivre son Maître. Les mots uxorem et animam suam manquent dans le discours cité par saint Matthieu. Ils représentent ce que l’homme a de plus cher au monde.

27 Et celui qui ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple. 27 Et qui non baiulat crucem suam, et venit post me, non potest meus esse discipulus.

Ver. 27. Qui non bajulat… Cf. IX, 23; Matth. XVI, 24; Marc. VIII, 34. Jésus a répété au moins trois fois cette grave parole.

28 Car quel est celui de vous qui, voulant bâtir une tour, ne s’assied d’abord, et ne suppute les dépenses qui sont nécessaires, afin de voir s’il aura de quoi l’achever; 28 Quis enim ex vobis volens turrim aedificare, non prius sedens computat sumptus, qui necessarii sunt, si habeat ad perficiendum,

Ver. 28. Turrim. Par exemple, une de celles qu’on élevait dans les vignes ou dans lès champs, pour y placer des gardiens. Cf. Matth. XXI, 33, etc.
Sedens. L’attitude de la réflexion, des calculs prolongés.

29 de peur qu’après avoir posé les fondements, il ne puisse l’achever, et que tous ceux qui verront cela ne se mettent à se moquer de lui, 29 ne, posteaquam posuerit fundamentum, et non potuerit perficere, omnes, qui vident, incipiant illudere ei,

Ver. 29. Ne posteaquam… Rien n’est plus ridicule et ne prête plus à la moquerie qu’un bâtiment qu’on a dû laisser inachevé, faute de fonds suffisants.

30 en disant: Cet homme a commencé à bâtir, et il n’a pu achever? 30 dicentes: Quia hic homo coepit aedificare, et non potuit consummare?
31 Ou quel roi, sur le point de faire la guerre à un autre roi, ne s’assied d’abord, afin d’examiner s’il pourra, avec dix mille hommes, marcher contre celui qui s’avance sur lui avec vingt mille? 31 Aut quis rex iturus committere bellum adversus alium regem, non sedens prius cogitat, si possit cum decem millibus occurrere ei, qui cum viginti millibus venit ad se?
32 Autrement, tandis que l’autre roi est encore loin, il lui envoie une ambassade, et lui fait des propositions de paix. 32 alioquin adhuc illo longe agente, legationem mittens rogat ea, quae pacis sunt.

Ver. 30-32. Aut quis rex… Même pensée, exprimée cette fois à l’aide d’une comparaison empruntée à un ordre supérieur de faits.
Cum decem millibus. Le roi en question ne pourra donc opposer qu’un soldat à deux ennemis. La victoire n’est pas impossible dans ces conditions, mais elle est d’ordinaire peu probable; aussi faudra-t-il doublement réfléchir avant de s’engager dans un conflit ai inégal.

33 Ainsi donc, quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il possède ne peut être mon disciple. 33 Sic ergo omnis ex vobis, qui non renunciat omnibus, quae possidet, non potest meus esse discipulus.

Ver. 33. Sic ergo… Application des deux paraboles. Jésus montre à ses disciples qu’ils devaient, eux aussi, délibérer sérieusement avant de s’engager pour toujours à sa suite.