Vingt-sixième Dimanche du Temps Ordinaire (Année C)

Évangile

Lc 16:19-31

En ce temps-là, Jésus disait aux pharisiens:

19 Il y avait un homme riche, qui était vêtu de pourpre et de lin, et qui faisait chaque jour une chère splendide. 19 Homo quidam erat dives, qui induebatur purpura, et bysso: et epulabatur quotidie splendide.

Ver. 19. Homo quidam. D’abord le riche (vers. 19), dont le portrait est esquissé par quelques traits vivants.
Induebatur…, epulabatur… Luxe sans bornes dans ses vêtements et dans sa nourriture. Sa vie était une fête perpétuelle.
Purpura et bysso. La tunique extérieure, en étoffe de pourpre, et la tunique intérieure, en fin lin d’Égypte (cf. Ex. XXVI, 1, 31; Ez. XVI, 10, etc.).
Splendide: λαμπρῶς, brillamment.

20 Il y avait aussi un mendiant, nommé Lazare, qui était couché à sa porte, couvert d’ulceres, 20 Et erat quidam mendicus, nomine Lazarus, qui iacebat ad ianuam eius, ulceribus plenus,
21 désirant se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche, et personne ne lui en donnait; mais les chiens venaient aussi, et léchaient ses plaies. 21 cupiens saturari de micis, quae cadebant de mensa divitis, et nemo illi dabat: sed et canes veniebant, et lingebant ulcera eius.

Ver. 20-21. Et erat… Portrait un peu plus développé du pauvre (vers. 20-21).
Lazarus. Nom identique à celui de l’ami intime de Jésus (cf. Joan. XI, 1). Aucun autre personnage des paraboles évangéliques ne reçoit de nom propre; d’où l’on a parfois con clu, mais vraisemblablement à tort, que le pauvre Lazare et le mauvais riche ont réellement existé.
Jacebat… Dès le premier instant, le contraste est saisissant (januam; dans le grec: πυλῶνι, un grand portail extérieur).
Ulceribus…: au lieu des vêtements moelleux du riche. Quant à la nourriture: cupiens saturari… (vers. 21). Trait qui rappelle l’histoire du prodigue. Cf. XV, 16. Les mots nemo… dabat manquent dans la plupart des manuscrits grecs, et pourraient bien avoir été insérés par les copistes.
Sed et canes… Les exégètes regardent ce fait, tantôt comme une aggravation de la misère de Lazare, tantôt, au contraire, comme un adoucissement à ses maux. Le premier sentiment est plus probable, parce que c’est la description d’un état de souffrance que Jésus donne actuellement.

22 Or il arriva que le mendiant mourut, et fut emporté par les Anges dans le sein d’Abraham. le riche mourut aussi, et il fut enseveli dans l’enfer. 22 Factum est autem ut moreretur mendicus, et portaretur ab Angelis in sinum Abrahae. Mortuus est autem et dives, et sepultus est in inferno.

Ver. 22. Factum est… Transition à la seconde partie de la narration. Le mendiant et le riche meurent à peu de distance l’un de l’autre, et leur destinée n’est pas moins distincte après leur mort que durant leur vie.
Portaretur ab angelis. Manière exquise de dire que l’âme de Lazare tut l’objet des complaisances divines et qu’elle alla aussitôt in sinum… La locution “sein d’Abraham” est souvent citée dans les écrits rabbiniques, comme synonyme de paradis; elle marque une union très intime avec le premier ancêtre du peuple juif, qui est censé accueillir affectueusement ses enfants après leur mort et partager avec eux son bonheur.
Sepultus… in inferno: dans le séjour des morts, le š’ôl, qu’on supposait place dans les profondeurs souterraines. Dans le grec, la phrase s’arrête après “sepultus est”, et une nouvelle proposition commence avec les mots καὶ ἐν τῷ ἅδῃ: Et dans l’enfer élevant les yeux… Cette construction est préférable.

23 Et levant les yeux, lorsqu’il était dans les tourments, il vit de loin Abraham, et Lazare dans son sein; 23 Elevans autem oculos suos, cum esset in tormentis, vidit Abraham a longe, et Lazarum in sinu eius:

Ver. 23. Elevans… Avant l’ascension du Sauveur, tous les morts allaient dans le š’ôl, dans les limbes; mais le š’ôl était divisé en deux parties, l’une réservée aux damnés, l’autre destinée aux élus, en attendant le ciel.
In tormentis: les supplices éternels des réprouvés.

24 et s’écriant, il dit: Père Abraham, ayez pitié de moi, et envoyez Lazare, afin qu’il trempe l’extrémité de son doigt dans l’eau, pour rafraîchir ma langue, car je suis tourmenté dans cette flamme. 24 et ipse clamans dixit: Pater Abraham, miserere mei, et mitte Lazarum ut intingat extremum digiti sui in aquam ut refrigeret linguam meam, quia crucior in hac flamma.

Ver. 24. Pater Abraham. Le riche appartenait à la nation théocratique, comme Lazare; il implore donc la protection paternelle d’Abraham, espérant qu’il pourra le soulager. Il demande bien peu: ut intingat…, ut refrigeret… Requête toute tragique.
In hac flamma. Le feu très réel de l’enfer. Cf. Marc. IX, 42 et ss.

25 Mais Abraham lui dit: Mons fils, souviens-toi que tu as reçu les biens pendant ta vie, et que Lazare a reçu de même les maux; or maintenant il est consolé, et toi, tu es tourmenté. 25 Et dixit illi Abraham: Fili, recordare quia recepisti bona in vita tua, et Lazarus similiter mala: nunc autem hic consolatur, tu vero cruciaris.

Ver. 25. Fili, recordare… La réponse d’Abraham est pleine de bonté; mais elle n’offre pas le moindre espoir au malheureux suppliant. Elle fait ressortir la parfaite justice des destinées si opposées du riche et de Lazare.

26 De plus, entre nous et vous un grand abîme a été établi; de sorte que ceux qui voudraient passer d’ici vers vous, ou de là venir ici, ne le peuvent pas. 26 et in his omnibus inter nos, et vos chaos magnum firmatum est: ut hi, qui volunt hinc transire ad vos, non possint, neque inde huc transmeare.

Ver. 26. Et in his…: en outre de ce que je viens de te dire.
Chaos magnum. Plutôt, d’après le grec: un grand abîme (χάσμα). Abîme infranchissable aussi: ut hi…

27 Le riche dit: je vous supplie donc, père, de l’envoyer dans la maison de mon père; 27 Et ait: Rogo ergo te pater ut mittas eum in domum patris mei.

Ver. 27. Rogo ergo… Ne pouvant atteindre l’objet de sa première requête, le riche passe à une autre demande, qui concernait sa famille.

28 car j’ai cinq frères, afin qu’il leur atteste ces choses, de peur qu’ils ne viennent, eux aussi, dans ce lieu de tourments. 28 habeo enim quinque fratres, ut testetur illis, ne et ipsi veniant in hunc locum tormentorum.

Ver. 28. Ut testetur… Le grec emploie un verbe compose: διαμαρτύρησῃ, afin qu’il atteste fortement, nettement.

29 Et Abraham lui dit: Ils ont Moïse et les prophètes; qu’ils les écoutent. 29 Et ait illi Abraham: Habent Moysen, et prophetas: audiant illos.

Ver. 29. Moysen et prophetas: les livres de l’Ancien Testament. Comp. le vers. 16. Manière de dire: Ils ont les canaux ordinaires de la grâce; cela doit leur suffire comme à tout le monde.

30 Et il reprit: Non, père Abraham; mais si quelqu’un des morts va vers eux, ils feront pénitence. 30 At ille dixit: Non, pater Abraham: sed si quis ex mortuis ierit ad eos, poenitentiam agent.

Ver. 30. Non. Dans le sens de: Cela ne suffit pas; ils ont besoin de lumières spéciales (sed si quis…). Le riche parlait d’après sa propre expérience.

31 Abraham lui dit: S’ils n’écoutent pas Moïse et les prophètes, quand même quelqu’un des morts ressusciterait, ils ne croiront pas. 31 Ait autem illi: Si Moysen, et prophetas non audiunt, neque si quis ex mortuis resurrexerit, credent.

Ver. 31. Neque si quis… Ce secours particulier est également refusé, pour une excellente raison, à laquelle le riche n’eut rien à opposer: Si Moysen non…, neque… Témoins les hiérarques juifs, dont la résurrection de Lazare ne fit qu’exalter l’incrédulité et la haine contre Jésus.
La scène se ferme sur ce refus terrible.