Trentième Dimanche du Temps Ordinaire (Année C)

Évangile

Lc 18:9-14

En ce temps-là: (In illo tempore:)

9 Il [Jésus] dit aussi cette parabole à quelques-uns qui se confiaient en eux-mêmes, comme étant justes, et qui méprisaient les autres: 9 Dixit autem et [Iesus] ad quosdam, qui in se confidebant tamquam iusti, et aspernabantur ceteros, parabolam istam:

Ver. 9. Qui in se confidebant…, et… On reconnaît facilement les pharisiens a ces deux traits.

10 Deux hommes montèrent au temple pour prier; l’un était pharisien, et l’autre publicain. 10 Duo homines ascenderunt in templum ut orarent: unus Pharisaeus, et alter publicanus.

Ver. 10. In templum. Les Juifs aimaient à aller prier dans le temple. Cf. I, 21; II, 37.
Pharisaeus, publicanus. Les deux extrêmes: le type de la justice légale et de l’orgueil qui l’accompagnait souvent, le type de l’injustice et de la dépravation. Cf. V, 30, etc.

11 Le pharisien, se tenant debout, priait ainsi en lui-même: O Dieu, je vous rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont voleurs, injustes, adultères, ni même comme ce publicain. 11 Pharisaeus stans, haec apud se orabat: Deus gratias ago tibi, quia non sum sicut ceteri hominum: raptores, iniusti, adulteri: velut etiam hic publicanus.

Ver. 11. Stans. Les Juifs priaient souvent debout. Cf. III Reg. VIII, 14, 22; Matth. VI, 5, etc. Mais le participe grec σταθείς dit quelque chose de plus, et nous montre le pharisien dans une attitude raide et affectée, attirant l’attention. Au vers. 13, le narrateur emploiera simplement le participe ἑστώς à propos du publicain.
Apud se orabat. Sa prière était donc mentale. Malgré les premiers mots, qui la présentent comme une action de grâces à Dieu, elle n’est en réalité qu’un éloge perpétuel que le pharisien fait de ses prétendues qualités.
Non… sicut ceteri… On dirait qu’il forme à lui seul une catégorie, toute parfaite, le reste de l’humanité appartenant à une classe très inférieure, remplie de défauts énormes: raptores, iniusti…
Le trait velut etiam… est extrêmement dédaigneux.

12 Je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tout ce que je possède. 12 ieiuno bis in sabbato: decimas do omnium, quae possideo.

Ver. 12. Jejuno bis… Les qualités positives, à la suite des négatives. Les jeûnes de dévotion étaient fréquents alors (cf. II, 37b; etc.); on les accomplissait de préférence le lundi en le jeudi.
Decimas… omnium… Il allait donc en cela encore, bien au delà du strict devoir. Cf. XI, 42: Matth. XXIII, 23, et les notes.

13 Et le publicain, se tenant éloigné, n’osait pas même lever les yeux au ciel; mais il frappait sa poitrine, en disant: O Dieu, ayez pitié de moi, qui suis un pécheur. 13 Et publicanus a longe stans, nolebat nec oculos ad caelum levare: sed percutiebat pectus suum, dicens: Deus propitius esto mihi peccatori.

Ver. 13. Et publicanus… Le contraste entre les deux suppliants est aussi frappant que possible.
A longe: loin de l’autel des holocaustes, dans un coin retiré de la cour du temple, tant le publicain avait conscience de son indignité. Selon d’autres, loin du pharisien, qu’il regardait comme un très saint personnage.
Nolebat nec oculos… Trait touchant, et marque encore plus significative d’une véritable humilité.
Percutiebat… Geste qui exprime la pénitence et le deuil. Cf. XXIII, 48 ; ΙΙ Mach. III, 19.
Peccatori. Dans le grec: τῷ ἁμαρτωλῷ, avec l’article, comme si le publicain eût été le pécheur par excellence.

14 Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison justifié, plutôt que l’autre; car quiconque s’élève sera humilié, et quiconque s’humilie sera élevé. 14 Dico vobis, descendit hic iustificatus in domum suam ab illo, quia omnis, qui se exaltat, humiliabitur: et qui se humiliat, exaltabitur.

Ver. 14. Dico vobis. Cette assertion solennelle de Jésus revient souvent dans ce chapitre; comp. les vers. 8, 17, 34.
Descendit: par opposition à “ascenderunt” du vers. 10. Le temple était bâti sur une hauteur.
Justificatus ab illlo. C.-à-d.: justifié par comparaison avec celui-là (le pharisien).
Quia omnis… Cet axiome a déjà été cité plus haut, XVI, 11, comme conclusion d’une parabole.